Red John's victory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Red John's victory

Message  LOjisbonVE le Ven 29 Mar - 21:03

Coucou tous le monde
Je me lance dans cette fanfiction qui est un tout nouveau style d'écriture pour moi.
Je ne sais pas si il y auras du jisbon.... Rolling Eyes
Un type de fanfiction beaucoup plus sombre tourné sur R.J et sur les enquêtes.

La Fiche:

Titre: Red John's victory (la victoire de John Le Rouge)
Genre: Policier, suspens, drame, humour (un tout petit peu) et peut être de la romance...
Rating: ???
Personnages: Jane, Lisbon, Red John, la team, Bertram en chef du CBI et d'autre personnage sortie de mon imagination.
Résumé: Lors d'une enquête sur John Le Rouge et d'un moment de faiblesse Jane et Lisbon s'embrasse mais tout tourne mal et Teresa se rend compte qu'elle n'est pas en sécurité et surtout pas à Sacramento car l'ombre de Red John plane toujours...
Discriminer: Cette série ne m'appartient pas (dommage... ) les personnages sont à Bruno Heller sauf ceux tirer de mon imagination.

Merci à MaTessaJane (d'un autre fo') pour la correction, l'idée du résumé de cette fanfiction et les textes coupés en paragraphe.

Chapitres:
-Chapitre 1 - Dans ce poste
-Chapitre 2 - Posté plus bas



Chapitre 1




Encore une enquête compliquée amené par Red John, et pas n’importe quelle enquête. Lisbon savait que celle-ci avait particulièrement touché Jane, car les victimes étaient une femme et sa petite fille. La petite, comme Charlotte, avait une longue chevelure blonde bouclée et ce parfum à la fraise si connu des enfants.

Pendant toute la durée de l’enquête Patrick était resté enfermé dans son grenier et il n’en était sorti que deux fois, la première pour parler au veuf en lui expliquant qu’il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour retrouver l’auteur de ce massacre, et la seconde fois pour élaborer son plan et attraper le meurtrier. Avec des aveux, évidement.

Une nouvelle enquête de bouclée, mais aucun indice sur John Le Rouge, Jane et Lisbon y avait cru une seconde en trouvant un minuscule cheveux brun sur la chemise de nuit de la victime, mais il s’était avéré que ce cheveux appartenait à son amant qu’elle avait viré de chez elle, pour vivre pleinement son amour avec son mari et rassuré sa petite fille.

Teresa senti les courbatures venir et elle se dit qu’une petite marche ne pourrait pas lui faire de mal, elle posa son stylo à bille et leva les yeux de ces rapports pour trouver tout les bureaux vides et éteint, sauf une petite lumière dans l’open-space de son équipe était resté allumé ce qui donnait une ambiance légèrement tamisé à la pièce.

En regardant dehors, la belle brunette vu un ciel noir encre sans étoile, une pluie fine tombait à l’extérieur et un bruit de klaxon interrompit sa rêverie. Elle se leva et sortie de son bureau dans l’espoir de faire disparaître ses courbatures et de trouver l’inspiration pour son rapport.

La fraicheur de la pièce la troubla mais elle se dirigea quand même vers le canapé de son consultant, le médium était allongé et observé du coin de l’œil la tache d’Elvis dans la pénombre du plafond.

« - Bonsoir Lisbon, la salua-t-il.
- Salut Jane.»

Ce fut leur seuls mots, il se releva et lui laissa une place à côté de lui, le silence
régnait. Pas de parole, aucun mot n’étaient nécessaire, seule les regards, un combat.

L’océan contre l’émeraude, deux personnes brisés par leur passé et par leurs vies.

Doucement, tendrement, il se rapprocha d’elle et posa ses lèvres sur les siennes.

Pour n’importe qui, ce simple geste aurait put sembler anodin, vu leur relation mais pour eux c’était tous simplement incroyable, extraordinaire voir plus.

Lisbon ressentit le besoin de ressentir plus et approfondit le baiser, mais au plus grand étonnement de la brunette, le jeune homme s’écarta et lui susurra un délicat pardon avant s’enfuir dans la nuit tel un voleur.
Les portes de l’ascenseur grincèrent et emmenèrent son cœur, cette boite de métal amena son amour de toujours.

Des larmes se formèrent au coin de ces yeux, mais Teresa étais une femme forte, non, elle ne pleurerait pas. Elle se leva et jeta un regard de dégout à ce rapport, où sur plusieurs lignes elle avait écrit les louanges de son consultant.

Elle se rassit mais ses pensées divaguèrent sur ce baiser. Il avait eu un gout de cerise, probablement venant de son dernier thé, et un léger gout de rose.

Elle grimaça en se souvenant de la manière dont l'avait sauvagement embrassé la sœur du veuf qui était censé remonter le moral de son frère et qui c’était retrouvé à filtrer puis à embrasser langoureusement un Patrick désemparé au milieu du Bureau Californien d’Investigation devant une quinzaine d’agents mort de rire et de son mari qui avait fait la tête sur le coup, mais qui c’était ressaisit.

Il fallait dire que madame DeRochetour était une femme sublime du genre qui a passé sa vie à se nourrir de jus de pamplemousse. Des formes parfaites, pas un kilo en trop et ses courbes mises exactement au bon endroit, une démarche féminine. Cette jeune femme était une séductrice invétérée, elle n’avait que vingt et un ans mais avait tout laissé tomber pour ce marier avec ce bourgeois radin de plus de soixante-dix ans. Le premier mot venant à la tête de Lisbon pour clarifier cette femme fut : folle.


Elle regarda péniblement son écran. Si elle avait pu, elle aurait remit tout ça au lendemain, mais son directeur, l’agent spécial Bertram, ne supportait pas les retards et des hurlements de la part de son patron était bien la dernière chose dont elle avait besoin en vu des circonstances.

Elle se rassit donc lourdement sur sa chaise de bureau et continua son travail non sans faire quelque allusion sur son maudit, magnifique, horrible, fantastique consultant (barrer les deux adjectifs inutile). Le rapport fini, elle se releva, se dirigea vers la porte, la ferma et se dirigea vers l’escalier. Oui pas l’ascenseur, pourquoi ? C’est très simple Lisbon a toujours eu la phobie de ces engins, avec d’autre personne ça ne lui pose pas de problème mais seule elle ne supportait pas de monter là dedans.

Arrivée à sa voiture complètement essoufflée (nda : tu m’étonnes après cinq étages !) elle monta dans sa voiture et, contrairement à ses plans pour la soirée, se dirigea vers son appartement et non vers un pub Irlandais choisi au hasard parmi tant d’autre dans les ruelles sombre de Sacramento.

Elle chercha pendant plus de dix minutes ses clés dans son sac à main et ne fut pas surprise de les retrouver dans le chargeur à moitié vide de son arme. Il faut dire que depuis ce fameux baiser, l’esprit de la belle était complètement embrouillé.

Arrivés dans l’entrée, elle posa son sac sur le sol, son manteau sur le porte manteau et son insigne, son arme et ses menottes dans un coffre où était réunit tous ce qui touchait de près ou de loin au CBI. Elle ne sut que faire, elle cette petite brunette seule au milieu de son grand salon rempli de quelque carton et de meuble clair qui n’avait pas été changé depuis des années. Même les tableaux venaient des anciens propriétaires.

Elle se servit un verre, mangea une part de pizza surgelée et s’assit sur son canapé beige devant son écran. Un film passait sur la première chaine, une sorte de comédie à l'eau de rose. Pas du tout mon genre, pensa-t-elle.

La fin arriva bien trop vite au gout de la jeune femme qui avait commencé à regarder le film alors qu’il en était déjà aux trois/quarts, l’histoire n’avait rien de très intéressant en soi Le coup classique.

L’homme qui trompe sa femme, elle sent rend compte et veut se donner la mort tellement elle est désespérée mais au dernier moment son mari arrivé lui dit qu’il voulait la rendre jalouse pour voir sa réaction et ils se remettent ensemble. Pas du tout original et complètement nul d’après la brunette mais bon, c’était fini et c’était le principal.

Elle monta une à une les marches mais arrivée à sa chambre sur le mur face à la porte un smiley dessiné avec du sang la nargue de son grand sourire sadique et ensanglanté…

............................................................................................................................
A suivre....? C'est comment ?


Dernière édition par LOjisbonVE le Mar 2 Avr - 14:02, édité 1 fois

LOjisbonVE
Agent d'entretien

Messages : 6
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : In my sweet dream jisbon...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Red John's victory

Message  SSA Teresa Lisbon le Ven 29 Mar - 23:18

De nouveau toi? décidément...
Anyway, pour en revenir à ta fanfic, c'est un super premier chapitre quoique un peu sad

SSA Teresa Lisbon
Victime de John Le Rouge

Messages : 207
Date d'inscription : 20/02/2013
Localisation : Sur une Crime Scene en compagnie de l'Agent Spécial Lisbon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Red John's victory

Message  LOjisbonVE le Mar 2 Avr - 14:01

Et oui ! Encore moi ma TL Very Happy
Voilà la suite merci de lier et/ou de commenter

study Bonne lecture study
Chapitre 2 :


Sa première envie fut d'hurler, mais elle en était incapable tellement la frayeur s’infiltrait en elle. De léger picotements passèrent entre ses doigts, ses dents claquèrent et son visage devint tout à coup très pale, presque translucide. Son instinct de flic prit le dessus et elle posa sa main à sa ceinture mais étant chez elle, elle ne portait pas son arme.


Silencieusement elle s'approcha du visage et arrivée à sa hauteur, elle soupira en sentant l’odeur de sauce tomate s’en échapper. Mais ses frissons reprirent quand elle se rendit compte que l’homme était peut-être encore chez elle. Si c’était le cas, il se cachait et attendait patiemment qu’elle sorte de la pièce pour finir son travail. Ou n’était-ce juste une menace ? Elle ne saurait que dire, mais elle sortie tout de même silencieusement de la chambre et inspecta chaque pièce dans le plus grand silence.


Après son tour d’inspection, elle se rendit dans sa chambre et effaça ce visage qui l’a narguait, la tache finie, elle partit dans son salon et trouva une enveloppe brune sur la table. Elle aurait pu mettre sa main à couper que l’enveloppe n’étais pas là à son arrivée.


Elle s’assit en tremblant sur le canapé et ouvrit l’enveloppe de ses longs ongles manucuré en blanc, des dizaines de photos tombèrent sur ses genoux. Teresa les inspecta les une après les autres et ne vu que des photos d’elle, elle au bar d’un café, elle sur le terrain avec son arme à la main, elle sous la douche, elle dans son lit... La personne qui avait prit ses photos étais là en ce moment et la surveillaot, il était partout !


Des larmes se formèrent au coin de ses yeux et elle les laissa couler librement, Lisbon sorti péniblement son téléphone de la poche arrière de son jean et composa un numéro…

« - Allo ? Fit l’homme à l’autre bout du fil.

C’est Teresa Lisbon.
- Ha Teresa, j’attendais votre appel fit l’homme d’une voie rauque.
- Que me voulez-vous ?
- Votre mort... Fit l’homme inconnu en raccrochant le sourire aux lèvres. »

Son sang ne fit qu’un tour, son interlocuteur était John-Peter Parisse, plus connu sous le nom de : John Le Rouge. Il avait commencé à la contacter il y a environ trois mois et à présent il ne l’a lâchait plus, chaque soir une fois par semaine il l’appelait et lui demander des informations sur Jane et chaque fois elle refusait bien évidement.


Elle attendit face à son portable, Teresa n’avait pas eu le courage d’en parler à son équipe et surtout pas à Jane. Elle s’effondra sur son canapé et trembla. Elle avait peur, oui elle l’agent sénior Irlando-Américaine Teresa Lisbon ou Sainte Teresa par le passé. Celle qui avait passé sa vie à s’occuper des autres avant de s’occuper d’elle-même avait soudain très peur de son bien être et de ce que cette correspondance avec le tueur pourrait engendrer. Une seule solution s’offrait à elle, partir, partir pour toujours sans jamais revenir et ne jamais rien dire à personne.

Elle se doutait que les gens le devineraient (surtout Jane) mais quand il s’en rendra compte elle aurait déjà disparue à l’autre bout du pays. Elle ne se posa pas de question et son instinct rationnel lui disait de partir immédiatement. Seuls deux mots passaient en boucle dans sa tête : Partir et… Jane… Elle soupira et se rendit compte qu’il n’y avait aucune issus à son problème, c’était elle ou lui, et pour lui elle serait capable de tout...


Les vêtements éparpillé autour d’elle montrait sa confusion et ses larmes coulaient de plus belle quand ses yeux se posèrent sur l’objet de ses frissons, ce visage sombre au mille regards perçant qui la frigorifiait Dans sa tête tout se mélangeait, sauf ses songes… Le visage au milles regard encadré de bouclette blondes et étincelantes grâce à ses yeux d’un bleu azur passèrent devant son visage. Jane, Patrick, un consultant, un ami, un confident, ou plus ? Elle ne saurait que dire, Patrick Jane était tout pour elle, il était sa vie, son oxygène, il était son amo… Non, Jane n’était rien. Du moins essayait-elle de s’en convaincre.

A suivre ! cheers

LOjisbonVE
Agent d'entretien

Messages : 6
Date d'inscription : 26/03/2013
Localisation : In my sweet dream jisbon...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Red John's victory

Message  SSA Teresa Lisbon le Sam 6 Avr - 9:13

Je suis accro à ton deuxième chapitre surtout la fin...

SSA Teresa Lisbon
Victime de John Le Rouge

Messages : 207
Date d'inscription : 20/02/2013
Localisation : Sur une Crime Scene en compagnie de l'Agent Spécial Lisbon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Red John's victory

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:36


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum