Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  **DELIRIUM** le Dim 19 Sep - 22:32

Bon, hum hum, ceci est mon premier post hors de ma page de présentation. Le fauve sort de sa cage... Et je ne sais pas pourquoi, je dois dire que je ressens une légère appréhension et une certaine émotion*snif, sors le paquet de kleenex *.

Non, sérieux, je voulais que mon premier "vrai" post aille à l'une des raisons qui m'a poussé à m'inscrire sur ce forum, à savoir *roulement de tambour*... la fic d'Indigo !*Tadam* Very Happy

Ok, je le dis tout de suite, je ne vais pas commenter les 14 chapitres sinon j’y suis encore demain, étant donné que je tape à peu près à la même vitesse qu’un escargot sous Valium ! Et je vais surement répéter des trucs qui ont déjà été dit mais tant-pis…

Mon Dieu, par où commencer ? Peut-être par ce qui m’a frappée d’entrée, dès la lecture de ton premier chapitre : ton style. Car oui, tu as du style et ce n’est pas une évidence ni quelque chose que tout le monde possède. Si je devais le qualifier, d’un point de vu purement littéraire, je dirai qu’il s’apparente à ce qu’on appelle le romantisme noir. Attention, « romantisme » ne veut pas dire « sentimental », « guimauve » ou « gnan gnan » mais simplement que les sentiments, les émotions, le souvenir, ont une grande importance dans tes descriptions, ainsi que la nature (le jardin du musée, l’arbre de Cho, les camélias qui sont un peux l’emblème de douloureux souvenirs enfouis…). Quant au mot « noir » il doit être pris dans le sens où souvent, les sentiments et émotions que tu décris sont tragiques, violents…D’ailleurs on dirait que c’est dans ce registre que tu aimes le plus à exercer tes talents. Le tragique, je veux dire. Mais je développerai ça plus tard.

Pour en revenir à ton style, je dirai qu’il possède un autre point commun avec le romantisme noir : il se trouve parfois à la frontière de la poésie, voir du lyrisme. En effet, dans certains passages, tu emploies un vocabulaire et des procédés poétiques : tu parais être une grande adepte de la métaphore. Et tu es douée. Je pense particulièrement à la première phrase de ton chapitre 12, superbe métaphore filée, très fluide et bien composée, on dirait que tu as pensé soigneusement chaque mot pour former une sorte de musique…C’est là pour moi que ton texte rejoint la poésie ou le lyrisme. Cette phrase de début de ton chapitre 12 m’a vraiment frappée, remuée, je l’ai même relue plusieurs fois, je ne saurai pas expliquer pourquoi ! Et ce n’est pas la seule, mais je ne peux pas toutes les citer. C’est en partie ce qui rend tes descriptions si captivantes, si spéciales (celles du musée sont très réussies !)… Tu as la capacité de capturer le réel et, par l’entremise des mots, de le transformer, le métamorphoser en une sorte de peinture impressionniste où tes phrases sont autant de taches de couleur vivante jetées sur la toile de notre imaginaire… Oups, petit élan lyrique, désolée, mais tu m’inspire ! Wink

Et ceci nous amène curieusement à l’un des points sur lequel mon opinion diverge de la tienne : la vision des personnages. Par là, je veux dire ceux de la série, pas ceux que tu as créés bien sûr. Je sais, ça peu paraître ne pas avoir de rapport avec ce que je disais juste avant mais pour moi il y en a un. Parce que je crois que dans certains cas, tu as trop utilisé cette fameuse capacité de « poétisation », surtout dans tes descriptions des sentiments des personnages. Comprend-moi bien, ce n’est pas que je les trouve mauvaises, loin de là ! Je pense notamment aux passages où Lisbon se plonge dans ses souvenirs…Mon Dieu, tu sais que tu m’as presque fait pleurer, là ? Toute cette peine, ce raz-de-marée tellement puissant d’émotion que la douleur psychique semble devenir physique pour notre pauvre Lisbon…

Non, tes descriptions de sentiments seraient même très bonnes si elles n’étaient pas…dans ce contexte. Le contexte de la série, je veux dire. Avec ces personnages là. Non pas que je mette en doute le fait que Lisbon souffre dans la série (y’a qu’à regarder le 2x03 pour s’en convaincre) mais j’ai trouvé que parfois tu allais carrément trop loin… dans le tragique. Tu me diras, tu l’as pas vraiment gâtée notre pauvre Lisbon dans ton histoire (ce n’est pas une critique, c’est ton histoire, tu es libre !), donc c’est normal qu’avec tout ce qui lui tombe dessus, on aille vers le tragique. Certes mais on peut faire du tragique sans verser dans le pathétique ! D’après ce que j’ai compris, c’était voulu, ce petit côté tragédie grecque… Désolée, mais perso je n’adhère pas. Dans un autre contexte oui, mais là je trouve juste que c’est trop lourd, trop sombre, bref ça ne colle pas. Je veux bien que Lisbon soit mal, voir désespérée, mais c’est la façon de décrire la tristesse et le mal-être du personnage qui ne me convient pas. Tu es à l’aise dans le dramatique et ça se voit mais j’ai justement eu l’impression que tu nous entrainais volontairement un peu trop de ce côté là.

Voilà, un peu trop de dramatique à mon goût. Je ne sais pas pour toi mais en ce qui me concerne, je pense qu’une bonne fanfic doit coller à l’univers de la série dont elle provient. Et c’est évidemment en grande partie le cas pour la tienne, c’est ce qui fait d’ailleurs que je la trouve bien meilleure que la plupart des autres. Mais de ce côté là, je trouvais que ça n’allait pas dans le sens où, quand tu regardes TM, certes il ya des moments de grande tristesse, de lassitude, de conflit…mais aussi beaucoup de moments drôles, de relâchement, de complicité entre les persos ! C’est pourquoi j’ai préféré le début de ta fic qui, je trouve était plus équilibrée et collait mieux à la série : le passage dans le chapitre 1 avec la conversation Jane-Cho autour du cadavre m’avait scotché de vraisemblance ainsi que celle de la scène suivante avec Isabel, Lisbon et Jane ! Shocked Very Happy

Ce qui me permet de revenir à un autre point très positif de ta fic que je n’ai pas encore abordé, qui m’a surpris et que j’ai vraiment aimé : l’histoire à proprement parler. J’ai été impressionnée. Sincèrement. Je n’avais jamais vu un tel travail de recherche à la fois sur la forme et sur le fond dans aucune fanfiction. Ton histoire et fouillée, travaillée, tu façonnes pour nous des personnages neufs d’une réelle profondeur et c’est une grande réussite ! Perso, mon petit préféré c’est Richard, j’ai accroché à ce type qui paraît pommé, un peu spectateur de la réalité… D’ailleurs j’ai beaucoup aimé la fin avec la petite fille et le coup de lampe à huile ! Jolis symboles ! Et en parlant de la fin, j’ai trouvé la conversation Jane-Lisbon sur le banc très touchante, elle m’a fait du bien, apaisé et rafraîchie après toute cette noirceur. Tu décris avec beaucoup de justesse la façon qu’ils ont parfois de se dire les choses à demi-mot, d’une manière détournée, de se faire comprendre l’un de l’autre, pas explicitement mais par non-dits et personne à ma connaissance n’avait encore aussi bien retranscrit ça ! J’admire beaucoup les auteurs qui réussissent à tenir une histoire cohérente et intéressante jusqu’au bout c’est pourquoi je te tire mon chapeau. J’ai apprécié la plongée dans le passé de Lisbon, malgré les passages trop « pathos » à mon goût, néanmoins je ne m’attendais absolument pas à y trouver John Le Rouge ! J’ai trouvé ça un peu tiré par les cheveux au début, mais maintenant je suis très curieuse de voir ce que ça va donner ! Si tu décide de faire une suite, bien évidemment. Ce que j’espère de tout mon cœur ! cheers cheers cheers

Car même si j’ai émis des critiques, je pense que tu auras compris que j’ai adoré ton histoire, qui d’un point de vue du style et de l’intrigue est excellente et qui m’a prouvé qu’il existe une autre façon d’écrire des fics qu’en alignant bout à bout des idées toutes faites et des phrases bateaux ; une façon d’écrire où la fanfiction rejoint presque le roman ; une façon surprenante, originale, intelligente.

Et pour ça… MERCI

Voilà, j’ai surement oublié des choses, mais d’une manière générale, ça retanscrit bien ce que je pense ! Wink Very Happy

**DELIRIUM**
Membre de la police locale

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Localisation : Sous le soleil des tropiiiiiques...de Montpellier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  Indigo le Jeu 23 Sep - 0:24

Tout d'abord sachez que... franchement, c'est bien me flatter que d'écrire des posts aussi construits et intéressants sur ma fic (petits ou grands Wink), et honnêtement, je tenais à vous remercier de tout cœur. Vraiment.

Même si cela fait redondant... Rahhh, ça y est c'est encore l'émotion qui me reprend ! ><

*s'éclaircit la gorge*

Ahem. Où en étais je... Ah oui, le commentaire de Déli :)

Bon, hum hum, ceci est mon premier post hors de ma page de présentation.

Tout d'abord pour un premier post... C'est un premier post de premier choix dirais-je Cool
Il est bien construit, pertinent, bien écrit... Chapeau bas pour une première ma chère ! Des comme ça, tu m'en fais autant que tu veux ! :yeeeepeeeee:

Non, sérieux, je voulais que mon premier "vrai" post aille à l'une des raisons qui m'a poussé à m'inscrire sur ce forum, à savoir *roulement de tambour*... la fic d'Indigo !*Tadam*

Cela me touche toujours autant... Merci Déli Embarassed

Ok, je le dis tout de suite, je ne vais pas commenter les 14 chapitres sinon j’y suis encore demain, étant donné que je tape à peu près à la même vitesse qu’un escargot sous Valium !

*éclate de rire* Tu veux dire... comme ça ?
http://www.nanarland.com/play_video.php?vid=106

*A vrai dire, je t'ai immédiatement imaginé en train de parler de la sorte :mgreen:*

Déli' a écrit:tu as du style et ce n’est pas une évidence ni quelque chose que tout le monde possède. Si je devais le qualifier, d’un point de vu purement littéraire, je dirai qu’il s’apparente à ce qu’on appelle le romantisme noir.

Et tu as parfaitement raison, car je le décris moi même comme cela parfois, du moins comme je le conçois.
A vrai dire, je dois dire que j'ai volontairement appuyé sur le trait là encore pour faire ressortir une sorte d'ambiance à la fois de huis clos et de polar... même si avouons le, le mélodrame c'est assez inné chez moi :mgreen: J'essaie de moins prendre de la sorte les petits aléas de la vie mais rien n'y fait, chuis toujours autant prise de tête même pour moi même... --'

A vrai dire, j'ai toujours eu tendance à aller dans l'émotion extrême. La souffrance exacerbée, presque outrancière, les émotions à fleur de peau.
L'écriture comme bien d'autres personne est ma catharsis, quand ça va mal, quand je stresse et que je devrais réviser pour mes exams... j'écris. Je suis plus prolifique d'ailleurs durant ces périodes :)
Et généralement les émotions noires, la détresse qui bouillonne en moi se déverse par mes doigts et imprègne mes mots.
Après bien sur, outre que mon style doit encore bien s'améliorer, on aime ou on aime pas. C'est évidemment subjectif... Certaines font dans la guimauve à outrance et je ne supporte pas cela, je comprend donc bien que l'on ai du mal avec cet excès parfois qui me fait défaut.

En fait, pour te contredire un tantinet... Tu ne peux pas le savoir puisque tu n'as lu que cela de moi mais, rarement j'ai écrit quelque chose d'aussi sombre à vrai dire. J'ai tendance à m'orienter vers la SF, la fantasy, ou le roman noir, certes, mais aussi vers l'absurde et le burlesque. Tu connais Terry Pratchett et ses "Annales du Disque Monde" ? Voilà le genre de récits que je peux parfois produire Wink
Donc oui, j'aime le tragique, mais il m'arrive aussi de me diversifier et jamais tu ne me verras tuer (presque) tout le monde comme dans les véritables tragédies grecques :mgreen:. En fait, je touche un peu à tout, car je débute dans le domaine de l'écriture. J'expérimente, je teste tout en gardant ce qui me caractérise à l'origine... logique me diras tu Wink

Je pense particulièrement à la première phrase de ton chapitre 12, superbe métaphore filée, très fluide et bien composée, on dirait que tu as pensé soigneusement chaque mot pour former une sorte de musique…C’est là pour moi que ton texte rejoint la poésie ou le lyrisme.

Je suis heureuse que tu y fasse allusion, car là encore j'expérimentais quelque chose de nouveau :)
A vrai dire, je n'ai pas pensé chaque mot... Elle est venue toute naturellement à moi, alors que je séchais méchamment sur ce fichu chapitre 12. Mais j'ai aussi vraiment aimé la sonorité qui s'en dégageait :)
Là où tu vois le lyrisme apparaitre généralement, il s'agit bien souvent d'endroit où je n'arrivais plus à avancer dans l'histoire et que je me raccrochais au pouvoir des mots en quelque sorte. Après, il arrive aussi que cela sorte tout seul lorsque je suis bien lancée. *ça t'avance à quoi de savoir ça, hein ? On se le demande x)*

Oups, petit élan lyrique, désolée, mais tu m’inspire !

Embarassed


Non, tes descriptions de sentiments seraient même très bonnes si elles n’étaient pas…dans ce contexte. Le contexte de la série, je veux dire.

Ah, je me doutais bien que l'on y ferais allusion et je rejoins ton opinion. Ce ne sont pas vraiment les personnages de Mentalist.
Lorsque j'ai commencé cette fanfiction, j'avais pour seule idée de rendre hommage à la série et de copier presque texto l'univers de la série, ses persos, de me cantonner à une intrigue basique pour m'entrainer purement et simplement, en essayant de délier mon "style".
J'ai donc écris le chapitre 1 et 2 dans cette optique.

Pour moi, une fanfiction c'était un hommage, où l'on devait peu (ou pas) sortir des sentiers battus sous peine de trahir la série dans son âme et son atmosphère. Et c'est la vérité... Car après avoir "réussi" (du moins, je crois) à retranscrire cette atmosphère, je me suis retrouvé face à un dilemme. Car je me retrouvais limitée.
Quand on entreprend de réécrire toute la mythologie de la série, il devient évident qu'au fil de l'intrigue que l'on créé une part de nous même l'imprègne et qu'il est très difficile alors de faire comme si les scénaristes avaient écris cela. J'ai échoué à ce numéro de haute voltige, préférant privilégier le plaisir que je prenais à instaurer mon atmosphère alors même que j'étais consciente que le ton donné à cette histoire était radicalement différent de la série... belle ironie pour moi qui ai toujours blâmé ces pseudos auteurs qui déforment complètement l'atmosphère de TM pour y rajouter des tonnes de guimauves et qui leur ressemble sur le fond Wink

Lorsque j'ai écris mon chapitre 3, je l'ai changé à la dernière minute pour y introduire la première pierre (du moins la plus significative, car avant je laissais le champ de l'intrigue ouvert même si cela était très évasif) de cette intrigue parallèle, celle qui m'a fait repenser intégralement mon histoire.
Là encore je voulais tester pour la première fois mes coups de théâtre et privilégier une histoire plus complexe et plus riche, et j'ai donc privilégié ma voie, et celle de l'éternelle expérimentation au détriment d'un ton plus juste...

Il ne s'agit pas de me justifier en quoi que ce soit vu que tu as tout à fait raison dans ta remarque. Simplement de te donner mon point de vue sur la chose Wink *bon d'une certaine manière j'me justifie.... aussi x)*

Après si tu n'as pas adhéré au coté trop "pathos", comme je le disais je le comprend parfaitement...

Perso, mon petit préféré c’est Richard, j’ai accroché à ce type qui paraît paumé, un peu spectateur de la réalité…

Ce qui est dingue c'est que ce perso jouit d'une bonne popularité alors que personnellement, il avait plutôt tendance à m'agacer xD Mou, pas réactif, gamin, presque irresponsable, pleurnicheur... Honnêtement, le Richou c'est le anti-héros par excellence ! Le perso qui est tellement au fond du trou qu'il ne peut que remonter, et dont le seul fait qu'il move son ass à la fin relève quasiment du miracle x)

C'est pour ça que je suis aussi surprise d'ailleurs !

Si tu décide de faire une suite, bien évidemment. Ce que j’espère de tout mon cœur !

Arf, par contre si il y avait une suite (dans trrrrèèèèèèèès longtemps), ne t'attend pas non plus à ce que le pathos soit relevé... Je risque de faire dans la continuité Wink

MERCI

Merci à toi :)

Et maintenant je vais me coucher... j'ai cours moi --'

P.S : J'ai relu mon pauvre com' vis à vis de celui de Kawa que j'avais écris en vitesse alors que j'étais oune poquito débordée... Désolée Rawette pour cette injure à ton très bon commentaire, j'essayerai de l'éditer quand le temps se présenteraà moi :)

_________________
El Bufon, pour vous servir.

Indigo
Admin

Messages : 504
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : Bergen (Norvège)

Voir le profil de l'utilisateur http://mentalist-le-forum.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  Kawa le Jeu 23 Sep - 19:44

Indig' a écrit:Désolée Rawette pour cette injure à ton très bon commentaire, j'essayerai de l'éditer quand le temps se présentera à moi :)

Boarf, t'en fais donc pas, va ! :mgreen:
T'étais débordée à ce moment là, c'est vrai, mais de toute façon j'avais déjà eu ta réaction face à ce commentaire, "en direct" on va dire. Very Happy

Je voudrais en profiter pour commenter ce qu'a dit Déli' (commentaire de commentaire, maintenant ! On n'en finit plus, ma foi ! :mgreen:)

J'avoue avoir noté à la lecture de ta fic' cette dimension un peu "pathos" qui peut gêner. En fait elle m'a vraiment gênée au départ, mais j'ai carrément omis d'en parler dans ma critique, parce que j'ai fini au fil des chapitre par mettre inconsciemment, progressivement cette gêne au placard, reléguée dans les tréfonds de mon subconscient...

En effet, dès les premiers chapitres, tu plonges de plus en plus dans la retransmission exacerbée des sentiments, comme tu l'as dit. Ce qui est particulièrement bien fait, mais s'éloigne il est vrai de la nature première de la série. En fait je pense que c'est à relier avec cette impression de "too much" dont je t'avais longuement parlé par mail, et je pense effectivement, à la lumière de ce qu'à dit Déli', que ce n'est "too much" que dans un certain contexte.

Disons que le fait que j'ai trouvé certaines de tes manières d'écrire un peu "grandiloquente", c'est certainement à cause du contexte, qui n'a pas aidé peut être parce qu'il est en quelque sorte incompatible. Parce qu'en soi cette manière d'écrire s'adapterait parfaitement à un autre genre, justement plus légitimement romantique. Tu dois inclure cette façon de transcrire les nuances - de manière exacerbée, riche, dense, débordante - dans un cadre qui lui convienne vraiment. Un genre "nouveau" (enfin pas nouveau mais peu répandu), justement à la frontière entre polar et romantisme noir.

On sentait d'ailleurs dans ton écriture cette recherche de la bonne tonalité, cette volonté d'harmonie entre le style et le cadre. Tu devais faire un choix de l'élément à ajuster : style ou cadre ? Tu as choisi de modifier le cadre, ce qui t'a alors forcé à recentrer les personnages et l'ambiance à ta manière, dans cette perspective d'harmonie.
En effet, l'autre manière de maintenir cette harmonie aurait été de remanier ton style, et il est complètement compréhensible que tu ait choisi l'autre option, à savoir la modification du cadre et du registre.

En fait je comprends carrément, je visualise - pour l'avoir déjà vécue - la sensation que tu as eu à vouloir sacrifier le respect de la nature du cadre que tu utilisais au profit de l'émancipation et de l'explosion du style. Tu ne voulais certainement pas être prisonnière d'un contexte qui t'aurait été imposé, alors même que tu sentais les idées bouillir d'envie d'aller se coucher sur le papier, et tu ne voulais pas mettre de frein à cet élan parce qu'il est très formateur et qu'il est devenu dès lors un exercice qui te permettrait de trouver tes marques, et d'aiguiser ton style.

Tu as eu carrément raison, et je pense que c'eut été un tort de faire le contraire : Tu n'est pas une "professionnelle", on n'attend pas nécessairement de toi la performance optimale, la perfection. Tu n'avais pas vraiment de cahier des charges ni de compte à rendre à qui que ce soit. S'éloigner du chemin fixé temporairement ne t'était donc pas interdit.
En fait, on perçoit (en tout cas pour ma part) cet essai avant tout comme un exercice. Il est d'ailleurs, pour les lecteurs de fics que nous sommes plus intéressant de lire ce texte comme un exercice, de suivre ton cheminement stylistique, ton évolution, tes moments de doute et de recherche, tes impressions, tes montées d'inspiration, tes impulsions - parce qu'on "sent" tout ce cheminement au fil de la lecture.

Le texte entier semble être un laboratoire du style dont il nous est donné d'observer les expériences qui y sont entreprises et leur évolution.
C'est fascinant en réalité de se trouver spectateur de l'exercice.
Vu comme ça, il est normal que cela ne choque pas de constater ta virée de bord au chapitre 3, puis la progressive descente vers la noirceur du décor qui s'accentue de chapitre en chapitre.
En fait c'est pour ça que j'ai "rangé cette gêne au placard" : inconsciemment je ne voyais le texte plus comme un écrit tentant d'égaler un résultat qui toucherait au professionnel, mais plutôt une quête initiatique.
Réellement. C'est pour cette raison que cette déferlante de descriptions exubérantes et cette noirceur toujours plus compacte et étouffante, qui pourtant n'était pas très appropriée au caractère initial de la série, ne m'a plus gêné par la suite, quand j'ai préféré "jouer le jeu" et l'envisager sous un jour nouveau, en redéfinissant les contours de ce que mon cerveau de lectrice avait établi comme les bases du monde qui composait le cadre. Il faut justement effectuer cette opération de re-paramétrage des contours, de reloading des "constantes fondamentales" établies dans les premiers chapitres afin de s'immerger pleinement dans ton récit. Faire abstraction de ce qu'on sait et qu'on tient pour vrai dans cette "réalité" qu'est le cadre du récit et accepter les yeux fermés ce qui est nouveau et peut-être incongru. (P*tain j'ai du mal à m'exprimer ce soir, en fait je me comprends mais je garantis pas que ce soit très intelligible)

Tout ça pour dire que c'est certainement pour cette raison - que je n'avais pas moi même analysée - que je ne t'ai pas parlé de ce "défaut" relatif que ta fic' peut avoir (relatif parce que tout dépend du jour sous lequel on l'envisage).

(Je comprends d'autant plus cette tendance à s'écarter du cadre initial et cette exubérance dans la description des sentiments que j'ai moi-même expérimenté ça...ça ne se voit pas trop dans mon misérable bout de fic' parce que je me suis imposée quelques contraintes pour le premier essai, et pourtant j'ai cette même tendance...
C'est aussi ce qui m'a choqué en voyant ta fic' et dont on avait déjà parlé. Je lisais parfois dans tes descriptions comme la réalisation de "fantasmes littéraires" qu'il m'arrive à longueur de journée d'échafauder dans ma tête pendant mes moments "d'absence" du monde ou de mes prises de "drogue musicale", et auxquels je ne trouve pas toujours l'occasion de donner une réalité en les notant quelque part. Je sais pas si tu vois ce que je veux dire, je l'explique n'importe comment, je suis crevée, désolée...)

Brefeuh, brefeuh...Et voilà, je voulais pas faire un paté, c'est raté. -.-'
(Ca rime, arf arf arf. !)
(Oh. My. God. Oo)


Kawa
Kaward WC

Messages : 172
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : Sur le divan

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  **DELIRIUM** le Ven 24 Sep - 23:56

Waou, je devrai peut-être pas faire ça, mais je trouve tellement vrai ce qu'a dit Kawa, que ça me donne une irresistible envie de commenter son commentaire de mon commentaire ! Very Happy
j'ai préféré "jouer le jeu" et l'envisager sous un jour nouveau, en redéfinissant les contours de ce que mon cerveau de lectrice avait établi comme les bases du monde qui composait le cadre.
C'est exactement ça ! Au final...je me dis que toutes les fics pourraient être perçues comme autant d'univers "parallèles", alternatifs à la série. Je ne veux pas dire comme dans les AU (Alternative Universe) où les persos sont carrément transposés dans un autre monde ou une autre époque, mais dans le sens où, même si on essaye de rester fidel à la série au maximum, une partie de nous fini toujours par déteindre sur ce qu'on écrit, étant donné la subjectivité de l'écriture, et donc engendrer des différences avec le model de départ.
Model qu'il faut à mon sens respecter un minimum tout de même !
Parce que c'est sûr que si l'auteur expédie les personnages dans un monde façon "L'île aux enfants", avec une histoire tellement sucrée qu'elle devrait être interdite aux diabétiques ou une intrigue tellement pauvre que le plus fauché des pickpockets n'en voudrait pas, alors cette vision des choses n'est plus valable : pour qu'il y est "univers parallèle" il faut la possibilité...d'un parallèle ! C'est à dire des points communs, le plus possible, avec le cadre de départ.
Oulà, je sais plus vraiment ce que j'écris (avec le rhume que j'ai et à cette heure-ci, chui à moitié morte), mais je crois que ça veux plus dire grand chose et je doute que se soit très cohérent...et pertinent !

A oui, un dernier truc...
la réalisation de "fantasmes littéraires" qu'il m'arrive à longueur de journée d'échafauder dans ma tête pendant mes moments "d'absence" du monde ou de mes prises de "drogue musicale", et auxquels je ne trouve pas toujours l'occasion de donner une réalité en les notant quelque part.
Alors à toi aussi ça te le fait ?! Ces espèces de traits fugitifs de l'esprit qui, lorsque tu te focalise sur un objet, une ambiance, une personne, sugissent de nulle-part et t'embarquent dans un délire littéraire mental ?
Je ne sais pas si on parle de la même chose, et je ne sais pas très bien le décrire, pas grave...

Oh, et encore un dernier truc ! (oui bon, un deuxième dernier truc...)
Indig'...
A vrai dire, je t'ai immédiatement imaginé en train de parler de la sorte
:mort de lol: Ce doublage de ouf !
Mais Dieu merci je ne parle absolument pas comme ça ! En fait, j'ai un débit de parole plutôt moyen, seul mon débit typographique est comparable à celui d'une limace neurasténique ! :mgreen: (encore qu'en ce moment avec la crève que je tiens, ma façon de parler s'accorde plutôt bien avec ma façon de taper !).
Bref, ta réponse à mon commentaire me satisfait pleinement puisque tu expliques très bien tes démarches et intentions, que je comprends parfaitement désormais.
En ce qui concerne une suite hypothétique, ne t'en fait pas, prends tout ton temps, et saches que je ne suis pas le genre de personne qui se prive de la lecture d'un bon, voir très bon texte, sous prétexte que certains détails ne sont pas exactement conformes à ses attentes. Maintenant que j'ai bien saisi le dilemme face auquel tu as été mise, à savoir coller au plus près à la série ou laisser s'exprimer pleinement ton style, j'essayerai d'adopter un regard neuf sur tes éventuels futurs choix d'écriture (côté "pathos" compris).

Bon, sur ce, je met fin à cette surenchère commentaristique (ça existe ce mot ? scratch ), suis exténuée, vais faire dodo ! :dodo...: (ça y'est, je l'ai casé çui là, je le trouvais trognon !*pathétique*)


**DELIRIUM**
Membre de la police locale

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Localisation : Sous le soleil des tropiiiiiques...de Montpellier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  Indigo le Mar 5 Oct - 16:50

Mieux vaut tard que jamais, je répond à ton message avant d'aller bosser Wink

Waou, je devrai peut-être pas faire ça, mais je trouve tellement vrai ce qu'a dit Kawa, que ça me donne une irresistible envie de commenter son commentaire de mon commentaire

A vrai dire je n'y avais pas répondu car il me semblait que ce message méritait une réponse venant de ta part et non de la mienne... du moins, c'est l'impression que cela m'avait donné vu que Kawa et moi partageons la même vision concernant mon récit Wink

Et il n'y a pas de mal à écrire des commentaires de commentaires, vu que cela reste selon moi dans le ton de la discussion Wink

Au final...je me dis que toutes les fics pourraient être perçues comme autant d'univers "parallèles", alternatifs à la série.

A partir du moment où un auteur autre qu'un scénariste s'empare d'un univers, il écrit selon moi un univers différent de la série, même si parfois il s'en approche incroyablement.


_________________
El Bufon, pour vous servir.

Indigo
Admin

Messages : 504
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : Bergen (Norvège)

Voir le profil de l'utilisateur http://mentalist-le-forum.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  Indigo le Lun 11 Oct - 18:32

Double Post !

En fait c'est tout simplement pour ajouter un truc que je rêve de dire à Kawa depuis deux semaines... et que j'ai oublié de mentionner à chaque fois --' *Poisson rouge un jour...*

Je me rattrape donc :)

@ Kawa : Lors de ton commentaire pour mon Chapitre 13 & 14 (et de mon histoire en général) tu m'avais fais la remarque concernant le fait que le mot "entité" était bien souvent utilisé dans ma fic' pour désigner des personnes, alors que ce mot avait selon toi une signification plus "mystique" et le terme "être" aurait sans doute mieux convenu...
En fait je voulais te dire, que peut être effectivement d'un point de vue purement "littéraire" ce mot contient une dimension "mystique"... mais en ce qui me concerne, j'use souvent de ce mot durant mes études de Droit pour désigner (entre autre) des "Personnes Morales" qui ne sont pas forcément des personnes physiques ou alors un groupement d'entre elles qui possèdent une véritable personnalité Juridique avec des Droits et des Obligations.
La notion d'Entité est quelque chose qui revient donc régulièrement et pourrait s'expliquer par le fait qu'en dépit de l'absence d'une enveloppe physique (et encore) elle possède une réalité et une champ d'action aussi concrets que peuvent l'être ceux d'une personne "normale".

En utilisant ce terme, je continue d'aller dans la continuité de ma vision des personnages, en fait. Comme tu l'as d'ailleurs constaté, je m'attarde bien plus sur l'aspect "spirituel" et décrit bien plus les états d'âme des personnages que leur physique qui demeure somme toute assez secondaire Wink
Voilà en quoi tenais donc ma notion d'entité, j'espère en tout cas que tu l'auras comprise...

(En revanche, je trouve le mot "être" bien moins mélodieux, tu trouves pas ? ^^')

_________________
El Bufon, pour vous servir.

Indigo
Admin

Messages : 504
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : Bergen (Norvège)

Voir le profil de l'utilisateur http://mentalist-le-forum.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  Kawa le Lun 11 Oct - 21:33

*...Poisson rouge toujours !* :mgreen:

Pour te répondre, oui, je vois parfaitement ce que tu entends par "entité", et je comprends la valeur que tu lui donnes parce que je l'utilise aussi comme ça (j'utilise souvent ce terme dans mes commentaires de textes, par exemple), et je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait que ce mot est porteur d'une mélodie qui lui confère une certaine poésie...Very Happy
Mais je maintiens que, c'est ballot je sais No, mais disons que je le dis en toute honnêteté, et du point de vue du lecteur : ce mot dans ce contexte, romantisme noir ou pas, cela fait lourd. Cela fait hors-contexte, et presque trop grandiloquent, parce qu'on reste tout de même dans le genre du thriller policier, pas dans de la poésie parnassienne...
Je te le dis comme je le pense, hein, ne le prends surtout pas mal... silent

Enfin bon, ça reste un détail. Ça n'enlève rien à la qualité globale du texte. Wink

Kawa
Kaward WC

Messages : 172
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : Sur le divan

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oeil pour oeil, sang pour sang... [COMPLETE]

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:32


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum